CitoyensRésidentsAnimauxS'InformerEnvironnement et développement durablePermis et RéglementationTransportProgrammes de subventionFormulairesTaxes municipalesRessources communautaires et socio-économiquesSécuritéInfo-TravauxFormulairesGrands projets
MunicipalitéConseil municipalSéances publiquesAssemblées publiquesServices municipauxAvis publics et appels d'offresPolitiquesComitésGestion contractuelle
Découvrir Saint-AmableHistoire et PatrimoineLogo, armoiries et devisePortraitProfil économiqueInfrastructures municipalesAutres adresses et liens UTILES Plan de la MunicipalitéPrix et distinctionsVie communautaire
Accueil
LoisirsInstallations hivernalesBénévolatActivités et événementsProgrammation des loisirsRéseau cyclable et piétonnierArtistes et artisansEntentes intermunicipalesBibliothèqueParcs et terrains de jeuxPiscine municipaleVente de garageLocation de sallesAssociations et organismes
Services en ligne
Menu

Les croyances

 

 

Je ne connais pas les astres, je connais à peine les signes du zodiaque et suis nul pour prévoir ou interpréter le futur. Au lieu de lire dans l’avenir, moi je lis dans le passé.

Jadis, il y avait une dame, nommée Salomé Casavant, qui demeurait sur la rue Principale au coin de la rue David. Elle prédisait l’avenir par les cartes, les tasses de thé et même par la concentration. Les jeunes gens venaient la voir afin qu’elle leur annonce des fiançailles, de nombreux voyages ou bien des tours de voitures. Le dimanche après-midi, à la sortie des vêpres à l’église, les jeunes hommes risquaient un clin d’œil à une jeune demoiselle, et si elle le lui rendait par un sourire amical, voilà que la prédiction de madame Salomé se concrétisait. La semence porterait peut-être fruit ? C’est ensuite Valérie Gemme (Ubald McDuff) qui prit la relève.

D’autres se souviendront des dons reçus du ciel à certaines personnes. Soit tante Délima (Napoléon Williams) qui arrêtait les brûlures causées par le feu. Dame Manda (Alfred Guimond), qui arrêtait le sang suite à une coupure et Bertha Gemme (Adelard Gemme) qui achetait, moyennant une cent, les verrues. Quant à Louis Charlebois (dit Poussette), c’est le mal de dents qu’il faisait passer. Pour donner foi à leurs pouvoirs, ils récitaient une prière. Moi, étant jeune et ayant une oreille auditive bien développée, j’ai compris la soi-disant petite prière de Monsieur Charlebois et j’ai décidé de la partager avec vous : bon St-Laurent, j’ai bien mal aux dents, je ne peux manger ni pain ni viande. Mais mon petit, mange de la marmelade ha ha ha !

Continuons malgré tout à avoir confiance en ces dons de la nature. Pour Clément Daviault, qu’on appelait le vieux sauvage, c’est avec des herbages qu’il guérissait. On nous dit que très souvent, il gardait chez lui ses patients le temps de la guérison. Couche d’onguent, moutarde, branches de framboisiers dans de l’eau bouillante, mie de pain avec du lait…

Gardons toujours à l’esprit qu’il faut évoluer plutôt que de vieillir. Hier, nos ancêtres ont réalisé des exploits. Aujourd’hui, nous faisons vaillamment face à la réalité. Demain, nos enfants relèveront de nouveaux défis. Le plus beau cadeau que nous puissions avoir c’est la vie aujourd'hui, car un cadeau c’est un présent !

Patrick Mc Duff

Message
AnnulerS'abonner